Pierre Célice | Espace Célice
17214
page-template-default,page,page-id-17214,ajax_fade,page_not_loaded,,qode-title-hidden,qode-theme-ver-11,qode-theme-flux,wpb-js-composer js-comp-ver-5.1.1,vc_responsive

Un espace permanent pour Pierre Célice à Anvers

 

 

Valoriser l’art belge à travers ses artistes de la période d’après-guerre, telle est la mission que s’est fixée Maurice Verbaet, collectionneur passionné. Ce projet d’envergure est construit suivant deux axes concordant ; le Maurice Verbaet Art Center (MVAC) et la Maurice Verbaet Gallery (MVG) réunis au sein d’une structure polyvalente dotée d’un organe de diffusion, les Maurice Verbaet Editions (MVE).

 

Si la MVG défend logiquement les artistes belges, elle prend d’ores et déjà en charge l’œuvre de deux artistes français avec lesquels Maurice Verbaet a créé un lien intime. Sensibilisé à l’œuvre de Jean Rustin (1928-2013) depuis 1991, Maurice Verbaet a intégré la co-présidence de la Fondation Rustin dix ans plus tard. Elle s’installe aujourd’hui dans le même bâtiment que le MVAC et la MVG mais bénéficie d’un espace spécifique, un nouvel écrin anversois après la fermeture de l’antenne parisienne en 2012.

 

Plastiquement très éloignée des œuvres de Rustin, celles de Pierre Célice retiennent tout autant l’attention d’un collectionneur qui ne connaît aucun les cloisonnements. L’engagement de Maurice Verbaet en tant que représentant de Pierre Célice (1932) résulte d’une rencontre avec l’homme et sa peinture. L’artiste, désireux de se consacrer exclusivement à son art, trouve un réel apaisement dans cette collaboration. La confiance mutuelle scelle un partenariat basé sur une mission de diffusion et d’étude de l’œuvre.

 

Le Maurice Verbaet Art Center

 

Le MVAC est une structure dotée d’un espace de 2500 m2 dont 1000 m2 pour les expositions consacrées prioritairement à la valorisation de l’art belge d’après 1945.

 

La mission de diffusion est assurée par une programmation d’expositions destinées à tous les publics.
La politique de prêts repose sur les collaborations initiées avec des institutions muséales, des fondations privées et des collectionneurs. Leur concours est un atout précieux pour contribuer à la réussite d’un projet. La mise en conformité du lieu selon les normes muséales facilite l’obtention de prêts avec des institutions professionnelles.

 

La circulation et l’échange d’expositions internationales permettent de renforcer la visibilité de l’art belge à l’étranger. Concevoir une exposition itinérante dans différents pays implique de bénéficier d’un large réseau de contacts mais aussi de pouvoir accueillir des expositions étrangères. Cet échange s’inscrit dans le cadre de partenariats privilégiant la découverte et l’enrichissement culturel. Il favorise la rencontre entre acteurs du secteur culturel ouverts vers le monde extérieur.

 

La Maurice Verbaet Gallery

 

La MVG entend rassembler un ensemble d’artistes sélectionnés prioritairement selon les affinités plastiques ressenties. Le choix s’opère également en fonction d’un potentiel encore peu exploité. L’attention se concentre sur des artistes qui ne disposent pas encore, d’une reconnaissance suffisante. La MVG souhaite se concentrer tant sur l’œuvre d’artistes vivants que décédés. De nombreuses rencontres ont permis de démontrer combien la gestion d’une œuvre est complexe et demande des compétences spécifiques. Les collaborations sont déterminées au cas par cas avec les ayants droit sur base de discussions. Celles-ci permettent de définir les attentes de chacun et d’établir un service sur mesure et ses contreparties au sein d’une convention. Les partenariats s’instituent sous le signe d’un engagement dans la durée. La MVG devient l’organisme de référence des artistes retenus et contribue à développer leur renommée. Elle occupe son espace propre au sein de la structure. Elle organise des expositions destinées à la vente directe.

 

La MVG prend en charge la vente d’œuvres d’art et la production de tirages limités originaux répondant à la mission de diffusion qu’elle s’est fixée.