Pierre Célice | Bruno Dunckel : Du sol au plafond (film), 2010/2011
17863
post-template-default,single,single-post,postid-17863,single-format-video,ajax_fade,page_not_loaded,,qode-theme-ver-11,qode-theme-flux,wpb-js-composer js-comp-ver-5.1.1,vc_responsive
 

Bruno Dunckel : Du sol au plafond (film), 2010/2011

Bruno Dunckel : Du sol au plafond (film), 2010/2011

video : 23’10”
© Pierre Célice – Bruno Dunckel 2010

“Du sol au plafond – Carte blanche à Pierre Célice”
du 7 février au 16 mai 2010 au 
Musée d’Art, Histoire et Archéologie – Ancien Evêché – Evreux

Pierre CELICE crée un vocabulaire lié aux signes, aux pictogrammes, à l’environnement visuel de notre espace urbain. Mais plus fondamentalement se lisent les rythmes, lignes, ruptures qui ont été travaillés dans l’art africain, yéménite ou aborigène.
L’artiste fragmente l’espace de la toile, rompt le signe pour le reprendre plus loin. Il peint au pinceau des papiers qui sont collés sur la toile puis recouverts par d’autres en une inlassable quête d’une fin possible. Le jeu des cut-up et des recouvrements incessants, de la disparition, semble profondément en accord avec notre époque. Le regard que nous pouvons avoir sur ce travail rejoint l’analyse de l’esthétique des passages, de la perception perturbée, de la place de l’art et l’artiste dans un territoire libéré de tout ancrage.
L’œuvre de Pierre CELICE est éminemment sonore. Elle renvoie à l’univers du jazz, à certains rythmes traditionnels extra européens ou à d’autres sonorités des musiques improvisées. En cela également son inscription dans l’ultra contemporanéité est évidente.

“ECHO – Composition musicale de Arnaud Coutancier”

Afin d’établir un dialogue sonore, écho à l’œuvre de Pierre Célice, il est fait appel au compositeur Arnaud Coutancier qui utilise le son comme matière.
À l’instar des plasticiens, ce musicien dont les recherches portent à la fois sur les sonorités liées aux instruments des musiques africaines, sur la musique numérique, sur les pattern et cut up (inspirés de cette forme littéraire de la Beat Generation), sculpte, dessine le son comme un élément figuré.